Le monde en dessous

20 novembre 2017

Découvrir le Quad

Dernièrement, ma femme et moi avons réalisé une virée en quad près de Cannes. Je ne connaissais pas, mais ça m'a tellement plu que le temps est passé à toute vitesse. Néanmoins, lors de cette expérience, j'ai relevé un détail assez surprenant : ce qui me plaît le plus dans ce type de virée, ce sont les moments où la peur est le plus présente. Lorsque je roule un peu trop vite, ou alors lorsque je réalise un virage bien méchant... C'est quand même surprenant, d'apprécier ce sentiment qu'est la peur. En plus, je commence juste à réaliser que c'est pareil pour tout le monde ! Regardez le cinéma, par exemple. Une nouvelle adaptation du roman le plus effrayant de Stephen King bat des records au cinéma. Pour quelle raison les gens se déplacent en masse cinoche pour avoir peur ? Et on retrouve cet amour de la peur dans les infos du monde. Il y a la fascination à l'égard de Trump : il ne se passe pas une journée sans qu'il fasse la une de la presse internationale. Encore récemment, il a fait un discours à l'ONU où il a déclaré vouloir exterminer Pyongyang. Je crois qu'en fin de compte, si cet homme captive tellement, c'est parce qu'il est un danger public permanent. Cet individu complètement immature peut à tout instant provoquer d'énormes dégâts, et nous l'observons donc sans mot dire, hypnotisés. De même, pour quelle raison les reporters se sentent-ils obligés de s'exposer à un ouragan pour prendre les images les plus impressionnantes ? Pourquoi sommes-nous tentés de ralentir dès que que nous passons près d'un accident ? Encore et toujours la peur ! La peur est à l'évidence un composant essentiel de notre société. Et ce qui est vraiment hallucinant, c'est que nous y sommes dépendants : nous la recherchons. Mais elle est assez logique, somme toute : elle est la conclusion logique du confort dans lequel nous vivons, et dont nous désirons nous extraire parfois. Quoi qu'il en soit, si vous voulez sortir de votre zone de confort, je vous recommande l'excursion en quad. Voilà le site du prestataire. Pour plus d'informations, allez sur le site de cette rando en quad à Cannes.

quad2

Posté par bhmoulin à 10:14 - Permalien [#]
Tags : ,


18 novembre 2017

La santé en France

La réduction très notable de la mortalité toutes causes observée depuis plusieurs décennies se poursuit. En effet, les taux de mortalité standardisés sur l’âge ont, pour 1 000 habitants, diminué entre 2000 et 2014, de 14,7 décès à 11,4 chez les hommes et de 8,4 à 6,7 chez les femmes. Cette baisse concerne toutes les classes d’âges. Pour 2014, ces taux sont inférieurs aux taux moyens de l’Europe des 28, qui sont de 12,7 pour les hommes et 8,4 pour les femmes. On constate depuis plus de 15 ans une évolution à la baisse de la mortalité prématurée (avant 65 ans) et, au sein de cette mortalité prématurée, de la mortalité évitable liée aux comportements à risque (décès pouvant être évités par une réduction de ces comportements tels que le tabagisme, la consommation nocive d’alcool, la conduite routière dangereuse…). Cette baisse est plus marquée chez les hommes, qui demeurent néanmoins plus concernés que les femmes : la mortalité prématurée a diminué entre 2000 et 2013 de 22,9 % chez les hommes et de 15,1 % chez les femmes, montrant une amélioration globale de l’état de santé. La réduction de la mortalité concerne la plupart des maladies chroniques : entre 1980 et 2012, la mortalité tous cancers (première cause de mortalité) a baissé de 1,5 % en moyenne par an chez les hommes et de 1,0 % chez les femmes. La mortalité tous cancers, plus élevée chez les hommes que chez les femmes, s’établit à ce jour à 124 pour 100 000 personnes-années chez les hommes et à 72,9 chez les femmes. Témoignant d’une amélioration de la prise en charge et des traitements, la survie à la plupart des cancers a également nettement progressé chez les adultes comme chez les enfants. Mêmes constats pour les maladies cardio-vasculaires. Entre 2000 et 2013, le taux standardisé sur l’âge de mortalité par AVC a diminué de 37,1 %. Cette diminution est observée pour les deux sexes, chez les moins de 65 ans comme chez les 65 ans et plus. Celui des cardiopathies ischémiques a décru sur cette même période de 43,8 % chez les hommes et de 49,3 % chez les femmes, celui des insuffisances cardiaques de 36 % tant chez les hommes que chez les femmes. Pour ce qui concerne le suicide, son taux de mortalité standardisé sur l’âge a globalement diminué de 22 % entre 2000 et 2013. Des exceptions cependant : la mortalité par cancer du poumon et la mortalité liée à la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) ont augmenté chez les femmes, en relation avec une consommation de tabac qui, chez elles, n’a que peu fléchi au cours des trois dernières décennies.

Posté par bhmoulin à 09:01 - Permalien [#]

10 novembre 2017

La surface... et le reste

Je crois que le maître mot de cette époque, c'est le mot "surfer". Nous surfons sur internet. Nous flottons au-dessus des flots. Nous restons à la surface et n'allons jamais voir en dessous, dans les profondeurs. Cette insoutenable légèreté est la clef de notre époque : nous ne creusons plus les sujets de fond, nous ne faisons que les effleurer. Nous ne nous creusons plus les méninges, nous réagissons à chaud sur les réseaux sociaux. Nous ne cherchons plus les tenants et aboutissants, nous jugeons les faits immédiatement perceptibles. Nous ne nous projetons plus dans l'avenir, nous évoluons dans un perpétuel présent de distractions offertes par nos écrans.

Et une bonne partie des maux actuels de notre société vient du fait que nous regardions si peu ce qu'il y a dessous. Parce qu'en procédant ainsi, en préférant nous divertir sur nos écrans plutôt que de voir le monde en face, nous laissons le champ libre à des personnes peu scrupuleuses qui s'activent en dessous. Il est plus que temps de réapprendre à regarder et à lever un coin du voile...

Posté par bhmoulin à 13:17 - Permalien [#]